mardi 22 août 2017

Alsace et Lorraine Occupation allemande pendant la guerre franco-prussienne (1870 - 1872)



J’ai trouvé récemment 3 timbres étranges dans le vrac d’un album, sans nom de pays.
Une piste quand même, des centimes et Forbach sur le tampon. Forbach, c’est en Lorraine.
Une petite recherche dans le catalogue français m’éclaire sur l’origine, et les informations trouvées sur le web, m’ont permis d’écrire cet article.




Un peu d’histoire :
L'Alsace-Lorraine fut cédée par la France, à l'Allemagne, par le traité de Francfort du 10 mai 1871 et par la convention du 11 décembre 1871, consécutifs à la défaite française.
Ces territoires comprenaient les départements (de l'époque) du Bas-Rhin, du Haut-Rhin (sauf Belfort et ses environs), de la Moselle (sauf le bassin de Briey), de la Meurthe pour partie, et des Vosges (quelques communes). Ce qu'il restait (à la France) des territoires de la Moselle et de la Meurthe devint le département de Meurthe-et-Moselle.
Finalement, les territoires ont été renvoyés en France à la fin de la Première Guerre mondiale par le Traité de Versailles.
La philatélie :
Au cours de l'occupation de l'Alsace et de la Lorraine en 1870, l'Allemagne a émis des timbres pour la province avec des valeurs exprimées en monnaie française.
Il y a eu sept émissions, dans lesquelles il existe deux variétés.
Le réseau de fond s'arrête, et la grille d'arrière-plan pointe vers le bas. C’est ce qui permet de distinguer les premières émissions d’occupation. Ils étaient valables pour une utilisation dans toute la France occupée jusqu'à la fin de la guerre. Ensuite ils sont devenus valables uniquement en Alsace et en Lorraine et ce jusqu'à ce que la région soit incorporée dans l'Empire allemand et que les timbres allemands soient utilisés.
Les imitations officielles de toutes les valeurs ont été faites en 1885 à Hambourg.
Les imitations sont le 2e type de grille. Ensuite de nouvelles plaques ont été faites pour le texte.  
La manière la plus simple de distinguer les imitations est la suivante: dessinez une ligne imaginaire du coin supérieur gauche de la bordure rectangulaire au coin inférieur droit.
La ligne devrait traverser la partie inférieure du 'P', tandis que sur les réimpressions, elle passera juste en dessous du centre du 'P'.

mardi 11 juillet 2017

Timbres de chemin de fer après 1987.



Un correspondant français me pose cette question :
« Peux-tu me donner des infos pour les timbres « chemin de fer » ?
Sur le site COLLNECT (http://colnect.com/fr), il est précisé que les timbres de chemin de fer récent n’ont pas des valeurs pour la poste belge.
Où sont-ils en vente et pourquoi les vendre s’ils n’ont pas d’utilité postale ?
La valeur faciale de ces timbres est parfois importante et sur Delcampe le prix a la revente est quand même important.
Est-ce que vraiment tu ne peux pas les utiliser pour ton courrier ?
Ma réponse :
Les timbres « chemin de fer » en fait « colis postaux », étaient utilisés sur les bulletins qui accompagnent les colis, la poste à l’époque ne livre pas les colis, mais était l’intermédiaire pour le chemin de fer. Chemin de fer et poste, ne sont pas la même société, ce n’est pas la même bourse. Ces timbres n’ont donc jamais été utilisés pour du courrier, les timbres « colis postaux » n’étaient disponible que dans les grandes gares par les employés qui recevaient les colis au guichet. 
Le public n’y avait donc pas accès. Des entreprises pouvaient acheter de ces timbres en feuilles pour préparer les envois et ainsi gagner du temps. Ce qui est arrivé par contre souvent, c’est que des timbres « poste » ont étés utilisés sur ces documents. C’est généralement arrivé parce-que le préposé n’avait plus de petites valeurs en timbres « chemin de fer ».
En 1987 ces documents de transport ont été supprimés.
Après 87, les chemins de fer ont encore imprimés des timbres, mais sans autre but que de les distribuer aux collectionneurs et faire bien entendu entrer des sous. Ce sont des vignettes plus des timbres.
Pierre

mercredi 28 juin 2017

Les nouvelles oblitérations françaises.




J’ai récemment reçu d’un amis une boite contenant des enveloppes de courrier français, tous entre 2015 et 2017. 
Voici un exemple :


Comme vous pouvez, le voir, plus de nom de ville, plus de tampon rond.
Tous ont cet aspect sans exceptions. Le collectionneur peu oublier la belle oblitération sur le timbre, il n’y a plus que des vagues !
Ce sont en majorité des timbres autocollants, vous pouvez les décoller facilement avec de l’eau tiède. Ils sont assez épais et restent bien plat.
Autre constat, la poste les « ratent » souvent et peuvent donc être réutilisés.
J’ai fait ce constat pour d’autre pays aussi.